partenaires

Algue Klamath : une microalgue avec des effets physiologiques uniques

L’algue Klamath (Aphanizomenon flos aquae de son nom scientifique) est une algue d’eau douce, connue comme étant riche en tous les nutriments connus, en oligoéléments (molybdène, fer par exemple) comme en vitamines (excepté la vitamine

D), notamment du groupe B, et en vitamine K. En terme de teneur en acides aminés, la Klamath est supérieure à la spiruline car on retrouve tous les 20 acides aminés (notamment essentiels et semi- essentiels) dont a besoin le corps humain, et cela à des teneurs optimales,

Du nom du lac dans lequel elle se développe, la Klamath est d’originaire de l’Oregon, aux États-Unis. Elle ne peut pas être cultivée en dehors ce lac (photo-bioréacteurs ou en serres, comme par exemple la spiruline). C’est un environnement écologique unique, à haute altitude qui permet à la klamath d’être exempte de toutes contaminations environnementales (toxiques comme les polluants ou les métaux lourds).

Phycocyanine (PCN) & Vitalité de l’organisme

La Klamath contient de la phycocyanine (PCN), une protéine appartenant à la famille des

 

phycobiliprotéines, qui donne la couleur bleu-vert à la klamath (comme à la spiruline). La PCN est connue pour avoir des effets antioxydants, anti-cancéreux et anti-inflammatoires (Fernandes e Silva et al. 2018; Gdara et al. 2018; Ch. Romay et al. 2003; Cheyla Romay et Gonzalez 2000). Il est un inhibiteur des MAO (MonoAmine-Oxydases) qui dégradent certains neurotransmetteurs/neurohormones tels que la phényléthylamine (voir plus bas).

Phényléthylamine & Humeur positive

L’algue Klamath contient de la phényléthylamine (PEA), un précurseur de neurotransmetteurs tel que la sérotonine (neurohormone du plaisir) et la dopamine (neurohormone de l’action), et intervient donc positivement dans l’humeur (Walker et Kerkut

1978). Appelée aussi hormone de l’amour (et notamment retrouvée dans le chocolat), la PEA a aussi un rôle positif sur l’état affectif, voire un effet antidépressif (Scoglio et al. 2014; Murata et al.

2009; O’reilly et Davis 1994). Cela est d’autant plus vrai que le niveau de PEA retrouvé dans les urines (sous forme d’acide phénylacétique) est inversement corrélé à l’état neuropathologique de l’individu (dépression par exemple)(Yaryura-Tobias 1976). La PEA fait partie de la famille des amines dits traces (appelées TAAs pour Trace Amino-Acid) qui jouent un rôle important dans la régulation des concentrations en neurotransmetteurs et dont la dysrégulation est impliquée dans les troubles neurologiques (dépression, schizophrénie, troubles de l’humeur, etc.)(Shimazu et Miklya 2004; Irsfeld, Spadafore, et Prüß 2014).

La PEA active un récepteur cellulaire appelé TAAR (pour Trace Amino-Acid Receptor) qui permet de concentrer les neurotransmetteurs dans les synapses au niveau des neurones avec une diminution concomitante de la recapture des neurotransmetteurs. A savoir que la PEA passe facilement la barrière hémato-encéphalique (= la barrière cellulaire et physiologique du cerveau) (Saba et al. 2016)(Szabo 2001).

Aussi appelée « amphétamine endogène »(Ricken et al. 2017)., la PEA est rapidement dégradée en acide phénylacétique par les MAO. La présence naturelle en phycocyanine et en MAAs (Microsporine-like Amino Acid, des métabolites naturels) et en particulier la porphyra334, aurait un effet inhibiteur de ces MAOs (Scoglio et al. 2014). Les inhibiteurs de MAOs (appelés IMAOs) sont les substances actives préférentielles et de référence des traitements antidépresseurs (Pitchot, Scantamburlo, et Ansseau 2011)(Saba et al. 2016; Pitchot, Scantamburlo, et Ansseau 2011). La consommation de phényléthylamine via la Klamath permet alors d’optimiser son effet physiologique et antidépresseur, de manière naturelle !

Des études ont porté sur l’algue Klamath et ses effets activateurs et modulateurs de la production des cellules souches localisées au niveau osseux (Drapeau et al. 2010; Jensen et al.  2007).  Ces  cellules  permettent  la

régénération cellulaire à tous les niveaux de l’organisme. Elles sont la forme originelle des cellules spécialisées de l’organisme, pouvant se transformer en n’importe quelle autre cellule. Par exemple, les cellules souches au niveau osseux sont à la base du renouvellement des cellules du système immunitaire, du système sanguin voire vasculaire par exemple. Le renouvellement et l’activation de telles cellules et la quantité présente dans le corps sont des facteurs prépondérants de la longévité. En ce sens, le capital de cellules souches est à préserver et à pérenniser dans le temps. A savoir,

la klamath contient un ligand de la L-sélectine, cette dernière étant impliquée dans la régulation et la modulation de l’activité et de la mobilisation des cellules souches (Jensen et al. 2007).

Cas des études cliniques

Une étude clinique a porté sur l’effet de la consommation de klamath auprès de 18 individus atteints de troubles dépressifs et/ou de l’humeur sous-jacents à leur stade cancéreux (stade terminal pour la majorité). Ils ont consommé un extrait de Klamath titré en phényléthylamine (environ 16  mg par prise journalière, la Klamath® d’Algotonic en contenant au minimum 6 mg/g)(Paolo, Massimo, et Stefano 2018) tous les jours. La méthodologie d’évaluation qualitative s’est référée à une échelle d’évaluation visuelle, avec une note de 0 à 10 (0 pour à une absence de troubles de l’humeur, et 10 pour des altérations importantes de l’humeur). Une diminution de 45 % du scoring a été révélée après 2 mois de supplémentation.

Une étude clinique a été réalisée avec un extrait de klamath sur 30 individus âgés entre 6 et 15 ans atteints d’hyperactivité et de troubles de l’attention(Cremonte et al. 2017). La klamath a été administrée à des doses journalières contenant en moyenne 13 mg de PEA pendant 6 mois. Le C- GAS (Children’s Global Assessment Scale) est une évaluation globale de l’état de santé mental chez l’enfant de moins de 18 ans (une échelle comprise entre 1 et 100, de 90 à 100 correspondant à l’état de santé mental optimal voire meilleure). Les enfants qui ont consommé de la klamath pendant 3 mois ont vu leur score gagner de 5 points en moyenne. Ils ont aussi diminué leur état d’hyperactivité et ont augmenté leur niveau d’attention.

Une autre étude a été faite sur des femmes ménopausées qui ont consommé de la Klamath pendant 2 mois et les symptômes sous-jacents au climatère (=situation de déséquilibre œstrogénique, majoritairement pendant la ménopause) ont diminué, la Greene Climateric Scale ayant été la méthodologie de référence pour l’évaluation psychologique (Scoglio et al. 2009).

Une étude clinique a été réalisée chez des individus sains avec de la supplémentation en extrait de klamath(Jensen, Ginsberg, et Patricia 2000). Une augmentation de l’efficacité du système immunitaire et de la mobilisation des cellules immunitaires a été révélée 12 h après l’ingestion d’1,5 g de klamath (lymphocytes et médiateurs cellulaires spécifiques).

Conditions d’utilisation :

L’équivalent d’une cuillère à café arasée de Klamath pure minimum par jour (1 g de poudre). La Klamath peut être prise à des doses supérieures, tout individu confondu (excepté les personnes ayant un traitement anticoagulant, la Klamath étant riche en vitamine K qui est dite « pro- coagulante »). Peut être incorporée en condiment dans l’alimentation ou dans l’eau, en mélangeant et en homogénéisant au maximum (à boire immédiatement si possible).

https://www.algotonic.com/

https://www.algotonic.com/complements-alimentaires/klamath

Pourquoi la Klamath® d’Algotonic :

Algotonic est la première société française à avoir importé, à avoir commercialisé et avoir fait connaître la klamath auprès du public français en 1992. Elle est la première société à avoir détenu le label AB pour la klamath. La Klamath® d’Algotonic est sauvage, bio, considérée comme crue car séchée à basse température, en dessous de 42 °C (technologie/brevet Hydrodry®). Principal importateur de klamath en France, Algotonic est la seule société à réaliser un second contrôle de la qualité de la klamath (microbiologique en particulier) à l’arrivée en France, en plus du contrôle déjà réalisé sur le sol américain, avant exportation. La société vérifie aussi la présence en phycotoxines (dont les microcystines, la saxitoxine et l’anatoxine-a), en regard des obligations légales et du principe de précaution sanitaire. La Klamath® d’Algotonic est gage d’une qualité optimale et premium.

L’auteur du texte ni la société Algotonic, ni le SPN ne seront en aucun cas tenus responsables d’une mauvaise utilisation des propos avancés dans le texte, en regard des allégations autorisées ou non des produits alimentaires ou du produit Klamath.

 

Références bibliographiques :

  • Cremonte, Maurizio, Davide Sisti, Ilaria Maraucci, Simona Giribone, Evelin Colombo, Marco Bruno Luigi Rocchi, et Stefano Scoglio. 2017. « The Effect of Experimental Supplementation with the Klamath Algae Extract Klamin on Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder ». Journal of Medicinal Food 20 (12): 1233-39. https://doi.org/10.1089/jmf.2016.0181.
  • Drapeau, Christian, Donna Antarr, Huaiyu Ma, Zhijian Yang, Li Tang, Robert M. Hoffman, et David Schaeffer. 2010. « Mobilization of Bone Marrow Stem Cells with StemEnhance® Improves Muscle Regeneration in Cardiotoxin-Induced Muscle Injury ». Cell Cycle 9 (9): 1819-23. https://doi.org/10.4161/cc.9.9.11540.
  • Fernandes e Silva, Estela, Felipe da Silva Figueira, Aline Portantiolo Lettnin, Michele Carrett-Dias, Daza de Moraes Vaz Batista Filgueira, Susana Kalil, Gilma Santos Trindade, et Ana Paula de Souza Votto. 2018. « C-Phycocyanin: Cellular Targets, Mechanisms of Action and Multi Drug Resistance in Cancer ». Pharmacological Reports 70 (1): 75-80. https://doi.org/10.1016/j.pharep.2017.07.018.
  • Gdara, Neyla Ben, Amel Belgacem, Ikram Khemiri, Safa Mannai, et Lotfi Bitri. 2018. « Protective effects of phycocyanin on ischemia/reperfusion liver injuries ». Biomedicine & Pharmacotherapy 102 (juin): 196-202. https://doi.org/10.1016/j.biopha.2018.03.025.
  • Irsfeld, Meredith, Matthew Spadafore, et Dr Birgit M Prüß. 2014. « β-Phenylethylamine, a Small Molecule with a Large Impact », 15.
  • Jensen, Gitte S., Donald I. Ginsberg, et Huerta Patricia. 2000. « Consumption of Aphanizomenon flos-aquae Has Rapid Effects on the Circulation and Function of Immune Cells in Humans A novel approach to nutritional mobilization of the immune system ». The Journal pf the American Nutraceutical Association 2 (3): 50-58.
  • Jensen, Gitte S., Aaron N. Hart, Lue A.M. Zaske, Christian Drapeau, Niraj Gupta, David J. Schaeffer, et J. Alex Cruickshank. 2007. « Mobilization of Human CD34+CD133+ and CD34+CD133− Stem Cells in Vivo by Consumption of an Extract from Aphanizomenon Flos-Aquae—Related to Modulation of CXCR4 Expression by an L-Selectin Ligand? » Cardiovascular Revascularization Medicine 8 (3): 189-202.
  • https://doi.org/10.1016/j.carrev.2007.03.004.
  • Murata, Mikio, Nobuyuki Katagiri, Kota Ishida, Kenji Abe, Masago Ishikawa, Iku Utsunomiya, Keiko Hoshi, Ken-ichi Miyamoto, et Kyoji Taguchi. 2009. « Effect of β-Phenylethylamine on Extracellular Concentrations of Dopamine in the Nucleus Accumbens and Prefrontal Cortex ». Brain Research 1269 (mai): 40-46. https://doi.org/10.1016/j.brainres.2009.03.002.
  • O’reilly, Richard L, et Bruce A. Davis. 1994. « Phenylethylamine and Schizophrenia ». Progress in Neuro-Psychopharmacology and Biological Psychiatry 18 (1): 63-75. https://doi.org/10.1016/0278-5846(94)90024-8.
  • Paolo, Bellingeri, Bonucci Massimo, et Scoglio Stefano. 2018. « Complementary Treatment of Mood Disturbances in Terminally Ill Oncological Patients with the Aphanizomenon Flos Aquae Extract Klamin® ». Advances in Complementary & Alternative Medicine 1 (3): 5.
  • Pitchot, W, G Scantamburlo, et M Ansseau. 2011. « Les antidépresseurs tricycliques et les IMAO ont-ils encore une place dans le traitement de la dépression ? » Rev Med Liège, 9.
  • Ricken, Roland, Sven Ulrich, Peter Schlattmann, et Mazda Adli. 2017. « Tranylcypromine in mind (Part II): Review of clinical pharmacology and meta-analysis of controlled studies in depression ». European Neuropsychopharmacology 27 (8): 714-31. https://doi.org/10.1016/j.euroneuro.2017.04.003.
  • Romay, Ch., R. Gonzalez, N. Ledon, D. Remirez, et V. Rimbau. 2003. « C-Phycocyanin: A Biliprotein with Antioxidant, Anti-Inflammatory and Neuroprotective Effects ». Current Protein & Peptide Science 4 (3): 207-16. https://doi.org/10.2174/1389203033487216.
  • Romay, Cheyla, et Ricardo Gonzalez. 2000. « Phycocyanin Is an Antioxidant Protector of Human Erythrocytes Against Lysis by Peroxyl Radicals ». Journal of Pharmacy and Pharmacology 52 (4): 367-68. https://doi.org/10.1211/0022357001774093.
  • Saba, Ghassen, Isabel Nieto, Rémy Bation, Najib Allaïli, Djamila Bennabi, Fanny Moliere, Raphaëlle Richieri, et al. 2016. « Dépression résistante : les autres stratégies thérapeutiques ». La Presse Médicale 45 (3): 350-59. https://doi.org/10.1016/j.lpm.2016.02.005.
  • Scoglio, Stefano, Serena Benedetti, Claudia Canino, Susanna Santagni, Erika Rattighieri, Elisa Chierchia, Franco Canestrari, et Alessandro D. Genazzani. 2009. « Effect of a 2-month treatment with Klamin®, a Klamath algae extract, on the general well-being, antioxidant profile and oxidative status of postmenopausal women ». Gynecological Endocrinology 25 (4): 235-40. https://doi.org/10.1080/09513590802632506.
  • Scoglio, Stefano, Yanina Benedetti, Francesca Benvenuti, Serafina Battistelli, Franco Canestrari, et Serena Benedetti. 2014. « Selective Monoamine Oxidase B Inhibition by an Aphanizomenon Flos-Aquae Extract and by Its Constitutive Active Principles Phycocyanin and Mycosporine-like Amino Acids ». Phytomedicine 21 (7): 992-97. https://doi.org/10.1016/j.phymed.2014.03.006.
  • Shimazu, Seiichiro, et Ildiko Miklya. 2004. « Pharmacological Studies with Endogenous Enhancer Substances: H-Phenylethylamine, Tryptamine, and Their Synthetic Derivatives ». Progress in Neuro-Psychopharmacology and Biological Psychiatry, Elsevier, 28: 421-27. https://doi.org/10.1016/S0364-7722(82)80100-8.
  • Szabo, A. 2001. « Phenylethylamine, a Possible Link to the Antidepressant Effects of Exercise? » British Journal of Sports Medicine 35 (5): 342-43. https://doi.org/10.1136/bjsm.35.5.342. Walker, Robert J., et G. A. Kerkut. 1978. « The first family (adrenaline, noradrenaline, dopamine,
  • octopamine, tyramine, phenylethanolamine and phenylethylamine) ». Comparative Biochemistry and Physiology Part C: Comparative Pharmacology 61 (2): 261-66. https://doi.org/10.1016/0306-4492(78)90051-5.
  • Yaryura-Tobias, J A. 1976. « Phenylethylamine and Glucose in True Depression ».
  • ORTHOMOLECULAR PSYCHIATRY 5 (3): 4.